Journal de William Drum
Six nuits de pluie, sans discontinuer. Ca s'est calmé... Les brumes épaisses engloutissent desormais la ville. Je vois les cimes des immeubles perçant le jardin de fumée, des monolithes de pierre et de métal sans reflets. Ils s'étalent a perte de vue, des tours noires autonomes perdues dans la brume. Au dessous, la fange, la ville ... Retrocity.
Cela fait maintenant un bout de temps que j'arpente les rues noires. Les semaines sont devenues des mois. A l'origine mon séjour ne devais pas se prolonger, mais la ville m'a happée. J'ai crié au scandale, au piège, persuadé que mes superieurs m'avaient envoyé ici dans le seul but de me faire disparaître. Puis j'ai compris, a force de receuillir les temoignages et les anecdotes... une fois dans les murs, l'exterieur vous oublie, irrémediablement. Retrocity est hors du monde, y entrer c'est mourir.
Malgré tout je suis bien là. Obsédé par le bruit de la machine, des touches et des lettres qui cognent le papier. Tentative de sauvegarde par l'ecrit... c'est drole. J'ai toujours baclé mes rapports. Mais là c'est différent. C'est triste mais je crois qu'il arrive un moment où l'on voit le bout, où il faut faire le point. J'en causerai bien au voisin mais il viens de fusionner avec le lustre de son salon. Il ne reste que moi ici. Moi et la machine.
« Et tache de comprendre à quoi ça rime tout ça !!! » ... voilà ce que m'a sorti le boss juste avant de me lacher ici. Aujourd'hui je peux le dire: ça rime avec queudale et ça sonne comme de la merde ! Je suis simplement coincé ici. Coincé.
J'ai beau y reflechir je ne vois pas ce que j'ai bien pu foutre dans ma putain de vie pour meriter ça. Pour finir dans un appartement trop grand, encastré dans un immeuble trop vide ... dans un quartier désert d'une ville a l'agonie. A cogner mes angoisses sur les touches d'une machine qui semble me sourire quand j'ecris un gros mot. MERDE.
Ah oui elle est belle cette ville ! Elle est superbe même. A peine le temps d'en apprecier sa beauté monstrueuse que deja elle vous bouffe. Et désormais je fais comme les autres, je ne l'aime plus... je la hante.
Et le son rongeur de ma clope qui se consume.
4- La Corporation 5- Marges et Subversions La suite ... 3- La vie Retrocitoyenne 2- Retrocity 1- William Drum 6- Le jeu
 
Chargement des bibliothéques...